La transcription phonétique

Les sons khmers qui n’existe pas en français

Les voyelles:

API
Explication
ɑ
En réalité, cette voyelle existe en français, mais n’est pas prononcée dans sa juste phonétique. Par exemple dans le mot « pâte », le « â » doit être prononcé comme un « a ouvert » et non comme un « a classique » comme dans « patte ». Or dans la le langage parlé, ces deux mots seront prononcés de la même manière. On ne pourra faire la distinction que dans le contexte où ils seront utilisés. Dans de nombreux autres sites sur le khmer, il est souvent écrit « or » à condition de ne pas trop appuyer sur le « r » final. Par contre ce son existe en anglais, dans le mot « father ».
ɜ
Son inexistant en fr mais existe en anglais dans le mot « curl » /cɜɜl/.
ɨ
Son inexistant en français ni même en anglais. C’est un son fermé qui se situe entre le « i » ou « u » et le « ou » du son français. Dans le mot « tueur », le son « -ue- » est assez proche. Généralement dans les prénoms khmers francisés, on le note souvent « -oeu-« .
ɷ
Ce son correspond à un « o fermé », un peu l’équivalent d’un « au » français. Il est difficile de de le différencier avec son [o] c’est pourquoi on le confond souvent.

Les consonnes:

API
KH Explication
ŋ Cette consonne existe en français pour les mots provenant de l’anglais. Par exemple dans « parking« , « karting« . Cela correspond à la notation « ng » d’un mot en anglais. Remarquez que cette consonne est toujours à la fin d’un mot pour le mot en français. C’est la consonne la plus difficile à prononcer à mon avis, surtout lorsqu’elle est placée en début du mot. C’est ce que j’ai pu constater dans mon entourage.
ɲ Cette consonne existe aussi en français et sa notation est diverse selon les langues. Par exemple dans « agneau » (fr) , »ñ » (es), « nh » (en), certain le note même « nio ». Remarquez que que la notation en français « gn » ne s’applique pas lorsque « gn » se place au début du mot. En effet, dans le mot « gnome », le couple « gn » se prononcera « guenome ». Elles ne se sont pas compliquées la vie ces grenouilles quand même. :-p
c ច-ជ Ce son n’existe pas en français, mais sa notation est souvent « tch », comme dans le mot « cha cha cha », ce style de danse célèbre. Ou encore vous pouvez le trouver dans un fameux mot italien très utilisé en France : « ciao », pour se dire au revoir.


Les sons aspirés:

Attention, on note souvent qu’un son est aspiré, mais en réalité, celui-ci est expiré. En effet, l’aspiration semble très difficile comparé à l’expiration d’un son. Car généralement le son sort de la bouche et n’entre que rarement. Mais nous ne débattrons pas dessus, nous noterons ici que le son sera aspiré mais le lecteur comprendra qu’il faut expiré. Le son aspiré est noté pas la lettre « h ».

API
KH Explication
th ថ-ឋ C’est un t aspiré.
ph ផ-ភ C’est un p aspiré.
kh ខ-ឃ C’est un k aspiré.
ch ឆ-ឈ Son inexistant en français, mais le son le plus proche serait « tch » comme dans le mot ‘tchad ». Ou encore dans le mot « che » (guevara) qui est très proche.

Il faut absolument prononcer le son aspiré [h], comme en anglais, sinon un khmer risque de la pas vous comprendre. Il est vrai qu’il pourra vous comprendre si le contexte le permet. Mais bon …

Par exemple :
– [taa thaa] « grand-père dit », si vous le prononcé [tata] on ne vous comprendra pas (en français cela signifie « tante », la personne va se demandé « mais qu’est ce qu’il me chante là » :-p). Le « h » doit TOUJOURS  TOUJOURS  TOUJOURS  être prononcé. C’est comme en anglais, vous prononcerez « house » en aspirant le « h ».

Les diphtongues françaises

En API, on doit prononcé toutes les lettres.

diphtongues avec la consonne n:

Autrement dit NE PAS diphtonguer les sons suivants :

API Explication
an  doit être prononcé  [an], comme dans le mot anglais « man ».
en  doit être prononcé [en] comme dans le prénom japonnais « ken ». Attention toutefois, car le « e » doit être prononcé commé un « é » et non  un « è ». C’est à dire prononcé « ken » comme « kén » et non comme « kèn ».
in  doit être prononcé [in] comne dans le mot  anglais « in ».
on  doit être prononcé [on] comme dans le mot anglais « on ».
un  doit être prononcé [un] comme dans le mot [tundra] « toundra ».

diphtongues avec des voyelles:

Attention !!! A noter qu’en khmer, il n’est pas possible de combiner les voyelles en elles, comme en français. Pour la simple raison qu’une voyelle ne peut porter qu’une consonne ou qu’un seul groupe consonantique. Cette règle exclut bien entendu les voyelles enveloppantes, car elles sont considérées comme une voyelle à part entière, telles que :

◌Ç La voyelle [ao] est une combinaison des voyelles [ee] et [aa] mais est considérée comme une voyelle à part entière.
La voyelle []
ុំ
La voyelle [om]

Par contre la voyelle [ah] peut être éventuellement (et potentiellement) combinée avec les autres voyelles. Je ne sais pas dans quel cas exact cela est utilisé mais nous n’allons pas le détailler ici.

Dans les cas suivantes, toutes les voyelles doivent être prononcés et on ne diphtongue pas en API.

API
Explication
ai  Doit être prononcer « a-i »
au  Doit être prononcer « a-ou », comme le prénom Laura (en italien)
eau  Bon ce cas ne se présentera pas,  mais pour le fun, cela devrait se prononcer « é-a-ou »
eu  Doit être prononcer « é-ou »
ei  Doit être prononcer « é-i »
oi  Doit être prononcer « o-i »
ou  Doit être prononcer « o-ou »
ui  Doit être prononcer « ou-i »

Bon je vous rassure, vous ne trouverez JAMAIS ces sons API dans celui du khmer. C’est juste pour votre culture générale. :-))

les sons graves et aigus

La jeune génération confond souvent les sons graves et aigus.  En effet lorsqu’un mot est prononcé avec un débit rapide, on ne distingue pas toujours si l’accent est aigu ou grave. Par exemple dans le mot « mère », on voit souvent écrire « mére ». Pour info, j’ai cherché sur google le mot « mére » et j’en ai trouvé 790 000 dont  691 000 sites francophones. Alors que le mot « mère » me renvoi 41 100 000 réponses. Il y a ici une confusion entre le « è » et le « é« . L’exemple précédent est plus rare car le son « é » se trouve sur le première syllable, en revanche dans le mot « système » qui est écrit ‘systéme » cela parait moins évident à détecter à l’oreille. Encore un autre exemple, dans le mot « succès », on a tendance à le prononcer « succés » , idem pour le mot « probléme » au lieu de « problème ». On se trompe plus souvent sur la deuxième syllabes que le premier. Les gens le comprennent généralement très bien car il n’y a pas d’ambigüités dans le mot. De plus, il y a toujours le contexte de la phrase pour en comprendre le sens. Mais sachez tout de même faire la différence par la suite.

les sons longs et courts

Il faut noter qu’en khmer une voyelle longue et courte apporte une pertinence certain pour un mot. En français cela importe peu  car on comprendra quand même le mot. De plus, en français, le fait de rallonger une voyelle permet d’accentuer/d’intensifier le sens de la phrase. Par exemple dans la phrase « J’ai mal au crâaaaaane », signifie que j’ai vraiment mais vraiment mal au crâne alors que « J’ai mal au crâne », signifie que j’ai mal au crâne mais sans plus.

En hkmer cela a une autre importance et modifie le sens du mot. Par exemple :
[kon] « film »  et  [koon] « enfant ».
[can] « lune, lundi » et [caan] « assiette ».
[cap] « attrapper » et [caap] « moineau ».

Par exemple, si vous voulez dire
– « L’enfant va voir un film » ou
– « Lundi, j’ai cassé une assiette » ou encore
– « Attrape le moineau »

Il convient de bien prononcer la voyelle longue, sinon il sera difficile de vous comprendre. Ces quelques exemples illustrent bien l’importance de prononcer la voyelle longue sans quoi votre interlocuteur ne comprendrait pas votre phrase. Je vous conseille d’exagérer, dans un premier temps, la prononciation sur la deuxième voyelle. Rappelez-vous de la l’exemple: « j’ai mal au crâaaaaane ».
Sachez qu’avec le temps, vous le prononcerez sans vous rendre compte.

{moscomment}

Les commentaires sont fermés.