Une introduction à l’API

Je vous présente dans cette partie une petite introduction à l’Alphabet phonétique international (API) ou International Phonetic Alphabet (IPA en anglais). Vous constaterez que l’API se base essentiellement sur l’écriture latine et grecque c’est pourquoi un public francophone devrait le comprendre aisément. Admettez simplement que l’api permet de normaliser tous les sons de toutes les langues du monde. Pour notre part, nous nous limiterons qu’aux symboles adaptés qu’à la langue khmère.

Pourquoi ai-je choisi la notation de l’API pour apprendre le khmer ?

  1. Il existe plusieurs sites sur l’internet pour apprendre le khmer mais chacun utilise sa propre phonétique que je qualifierai de folklorique. Leur phonétique dépend beaucoup du niveau de khmer de l’auteur ainsi que de sa connaissance de la langue du pays où il se trouve. Par exemple, il faut comprendre que la lettre « a » ne se prononcera pas de la même manière qu’en France qu’aux états-unis, sans oublier que les règles de prononciation sont encore différentes. Alors imaginer un débutant voulant prononcer un mot khmer avec une phonétique totalement arbitraire, çà serait carrément déroutant n’est-ce pas. C’est pourquoi une écriture normalisée permettrait de résoudre cette difficulté. Pour cette leçon, je  tiens à souligner que je me suis fortement inspiré du dictionnaire de Michel Rethy ANTELME (1ére édition) qui présente une très bonne description de la langue khmère. Il existe une deuxième édition dictionnaire de Michel Rethy ANTELME (2ème édition) mais un peu plus chère.
  2. Le khmer possède un avantage non négligeable, les mots s’écrivent comme ils se prononcent. C’est vrai qu’il existe quelques exceptions et quelques règles de prononciations mais rasssurez-vous cela reste anecdotique. Donc si vous faites un petit effort pour apprendre l’API, votre apprentissage du khmer sera d’autant plus facile.
  3. La dernière raison est qu’il est IMPOSSIBLE de transcrire phonétiquement tous les mots khmers (et bien malin celui ou celle qui me démontrera le contraire) avec un alphabet français ou anglais. De part sa nature, on ne peut transcrire phonétiquement un alphasyllabaire avec un alphabet. Imaginer deux moteurs, une essence et une diesel, vous comprendrez facilement que le carburant de l’un, ne peut pas aller dans le moteur de l’autre.
    1. Certains sons khmers sont inexistants en français. Et même s’ils existent, la façon de les prononcer n’est jamais pratiqué correctement.
    2. Certains sons khmers peuvent être compensés par des diphtongues françaises mais leurs utilisations peuvent parfois prêter à confusion lors de la prononciation « à la française ».
    3. Dans la langue parlée, du français par exemple, les personnes confondent souvent les sons aigus et les sons graves, surtout la jeune génération.
    4. La langue française ne fait pas de distinction entre un son court et un son long, surtout dans la langue parlée.

Je donnerai bien évidement des exemples de ce que j’ai avancé précédemment dans un prochain cours.

Avantages de l’API pour la phonétique khmère

  1. Les sons sont normalisés et donc reconnus par tous (par les linguistes notamment et bientôt par vous si vous décidez de vous y mettre).
  2. L’alphabet phonétique international unicode existe, se répand et tend à être reconnu par tous les logiciels de nos jours (systèmes d’exploitation, traitement de texte, navigateurs, smartphone, …). De plus l’API unicode tente de corriger les inconvénients des polices de caractère existantes (polices Limon notamment).
  3. La transcription API lettre par lettre est proche khmère, c’est à dire connaissant l’écriture khmère, on peut facilement écrire l’API et inversement, à quelques exceptions près.
  4. De par sa normalisation, les échanges sont facilitées quelque soit la langue des interlocuteurs. Peu importe si c’est un français ou un anglais qui le lira, ils liront la phonétique API de la même manière.
  5. Evite la prolifération des propositions d’écriture phonétique folklorique de certains sites car ils ont tendance à prononcer comme ils l’entendent et non ce qui devrait être prononcé. Je trouve cela dommage pour les visiteurs qui ne savent plus quoi penser de la langue khmère, malgrès le gros effort fourni par l’auteur du site. L’API propose une écriture simple, logique et normalisée.
  6. Apprendre l’API, c’est aussi apprendre la logique de l’écriture khmère et cela accélérera votre apprentissage par rapport à une méthode classique. Ensuite cela vous aidera à apprendre d’autres langues plus facilement.

Inconvénients de l’API pour la phonétique khmère

Je n’en ai pas trouvé. :-)) Si ce n’est le peu le temps que vous passerai à apprendre L’API. Comme vous connaissez déjà le français, sachez qu’il y a 7 symboles (lettres en plus à mémoriser). Cela devrait être facile pour ceux ou celle qui auront une bonne mémoire. Mais bon pour moi, ce n’est pas un inconvénient car apprendre est plutôt un avantage (y’en a qui n’ont même pas ce luxe) et un plaisir que l’on partage. :-p

Les consonnes de l’alphabet phonétique international

Que nos lecteurs se rassurent, le tableau qui suit représente tous les lettres de la phonétique internationale. Il ne s’agit pas de toutes les apprendre. Sachant que la majorité existe déjà en français. Un tableau plus complet de toutes les consonnes est disponible sur le site de wikipédia.

Remarque : En rouge gras, les consonnes essentielles pour apprendre le khmer.

Consonnes de l’alphabet phonétique international
mode d’articulationpoint d’articulation
bi-
labial
labio-
dental
dentalalvé-
olaire
post-
alvéolaire
alvéolo-
palatal
rétro-
flexe
palatalvélaireuvulairepharyn-galépi-
glottal
glottal
Flux pulmonaire
occlusivepbtdʈɖcɟkɡqɢʡʔ
fricativeɸβfvθðszʃʒɕʑʂʐçʝxɣχʁħʕʜʢhɦ
spiranteʋɹɻjɰ
rouléeʙrʀ
spirante latéralelɭʎʟ
occlusive nasalemɱnɳɲŋɴ
Articulations multiples
ɧ fricative post-alvéolo-vélairew spirante labio-vélaireʍ fricative labio-vélaireɥ spirante labio-palatale
Case – : articulation jugée impossible

Comme vous pouvez le constater, vous connaissez déjà la plupart des consonnes. Il suffira d’apprendre seulement deux ou trois lettres en plus.

Remarquer que les lettres /r/ et /R/ doivent être différenciées. En effet, la lettre /r/ représente le « r roulé » alors que la lettre /R/ représente un « r non roulé », comme en français.

Les voyelles de l’alphabet phonétique international

Les voyelles en rouge gras sont utilisées en khmer. En cliquant sur ces voyelles, vous pourriez entendre le son correspondant.

Voyelles de l’alphabet phonétique international
Aperture
antérieurpostérieur
haute (fermée)i
yɨ
ʉɯu
haute inférieureɪʏʊ
moyenneǝ
moyenne inférieure (mi-ouverte)ɛ
œɜ
ɞʌɔ
basse supérieureæɐ
basse (ouverte)a
ɶɑ
ɒ

Les autres sont transcrites à partir des voyelles prédéfinies par adjonction d’un ou plusieurs diacritiques modifiant l’articulation.

diacritiques de l’alphabet phonétique international modifiant la réalisation d’une voyelle
e plus ferméə̣ə plus fermé

Norme de notation:

  • Un mot API est noté entre deux slashs mais dans certains ouvrages, les vieux dictionnaires notamment, vous le trouverez noté entre deux crochets [], c’était l’ancienne norme.
  • Les syllables d’un mot API sont séparées par un point « . ».
  • Les mots en français seront notés entre guillements «  ».

Règles de base de la prononciation d’un mot API

  • Il n’y pas de diphtongue: Chaque son est représenté par un symbole API bien spécifique. La plupart des diphtongues ont leur propre symbole par conséquent nous devons prononcer TOUTES les lettres d’un mot API sans exception. Par exemple [ia] se prononcera « i-a », de même [ai] se prononcera « a-i » et non « è » comme on le ferait en français. Le mot /pi.daəm/, se prononcera « pi-da-eu-me ». S’il y a deux voyelles alors on devra prononcer ces deux voyelles. Dans l’exemple précédent /pi.daəm/, /aə/ se prononcera donc « a-eu ». Il en sera de même s’il y a des combinaisons avec voyelle+consonne. Par exemple, le son /bon/ se prononcera « bonne » et non « bon ». On prononcera donc comme un anglais et non comme un français.
  • Voyelle courte et longue: Par défaut la voyelle est courte, par exemple /bat/ « perdre » se prononce comme en français « batte ». Que se passe-t-il si on veut allonger le son de la voyelle « a » ? Pour symboliser un son long, j’ai trouvé deux notations.
    1. La première consiste à ajouter à droite de la voyelle, le diacritique chrome « ː ». Comme pour /ba:t/ « oui, pour un homme », je trouve cette notation horrible (désolé pour les linguistes), même si c’est  la plus utilisée dans les dictionnaires.
    2. La deuxième façon, celle que je préfère, consiste tout simplement à doubler la voyelle à allonger, ainsi cela devient /baat/ « oui, pour un homme ».

Cette notion de voyelle courte ou longue est très importante car elle peut changer le sens du mot selon le temps d’émission du son. Pour illustrer cette importance, on peut comparer cela avec le français pour les mots « crée » et « créée ». On peut observer que le son est totalement différent, ici le son « é » est doublé. Nous procéderons ainsi par la suite pour allonger le son d’une voyelle.

Voilà, il n’y a pas autre chose à connaitre pour poursuivre votre lecture sur tout le site.

Quelque sites traitant de l’API

Vous trouverez de très bon cours sur l’API sur les sites suivants.

 

Les commentaires sont fermés.